Vu dans la Presse

Publié le par palcf

SUD OUEST Lundi 2 février 2009


ARCACHON. à l'occasion des voeux aux élus, le sous-préfet a donné sa position sur l'intercommunalité, le centre de déchets et le Parc marin

Le sous-préfet n'est pas pressé pour le Parc marin

Les élus du Bassin se sont rendus, il y a deux semaines, en mer d'Iroise.( PHOTOs B. d.)
Les élus du Bassin se sont rendus, il y a deux semaines, en mer d'Iroise.( PHOTOs B. d.)

La rencontre avait débuté, le matin, par une réunion de tous les élus du bassin d'Arcachon et du Val de l'Eyre, à la sous-préfecture. L'occasion pour le sous-préfet, Philippe Ramon, après avoir évoqué les conséquences de la tempête, de rendre publique sa feuille de route pour 2009. « 2008 a été marquée par les élections municipales, cantonales, sénatoriales, législatives. En ajoutant la période de réserve et les vacances, beaucoup de projets n'ont pas pu être abordés », a rappelé le sous-préfet, assurant que « les services de l'état avaient néanmoins travaillé ».

1 « Faire mieux avec moins »

Après le guide de reconnaissance paysagère sur les campings du Pyla, un guide sur la forêt en site classé à La Teste-de-Buch devrait être présenté à la commission des sites. Après les nouvelles crises de l'ostréiculture (notamment neuf jours de fermeture l'an dernier ajoutés aux dégâts de la tempête), le sous-préfet assure que « les autorités ont pris conscience des difficultés et travaillent à la mise en place d'un nouveau protocole » dont il a été discuté, le 23 janvier dernier, à Gujan-Mestras, en présence du président national de la conchyliculture, Goulven Brest. Les élus ont un peu tiqué lorsque le sous-préfet a évoqué la mission Balladur sur les collectivités territoriales, et les solutions à trouver « pour faire mieux avec moins ».

2 Le centre de déchets et de dépollution

Tout d'abord, il a qualifié « d'initiative intéressante » la proposition du président de la Cobas de créer une « plateforme sociale » avec laquelle les services de l'État pourraient travailler, tout en assurant qu'il faudrait « travailler sur les autres parties du territoire ».

Au sujet du nouvel emplacement du centre de déchets et de la dépollution du Centre d'enfouissement technique (CET) d'Audenge, fermé depuis plus d'un an, le sous-préfet souhaite que 2009 soit « l'année de la définition des solutions » au niveau intercommunautaire : « À défaut d'une prise en charge par les collectivités locales, l'État instruira les initiatives privées susceptibles d'exister. »

3 La grande intercommunalité

Il n'a pas caché sa faveur pour la grande intercommunalité, tout en admettant qu'elle ne sera possible que lorsque chaque collectivité locale aura opté pour la Taxe professionnelle unique (TPU). Il pense même que la réflexion actuellement menée par le Sybarval pour la réalisation du futur Scot (Schéma de cohérence territoriale) ne peut aboutir que si les élus mènent une réflexion franche sur la grande intercommunalité : « C'est l'occasion d'établir un projet de vivre ensemble pour les 20 prochaines années. Le projet de la grande intercommunalité est avec le Scot le grand projet de votre mandat. L'État vous accompagnera financièrement. »

4 Le Parc naturel marin

Enfin, le sous-préfet a donné sa position sur le Parc naturel marin : « Pour la mise en place d'un comité de pilotage et d'un comité de gestion, il est nécessaire de travailler dans une certaine sérénité, même une complicité. Je ne suis pas certain que les conditions soient réunies sur le Bassin. » Il a même annoncé qu'il allait proposer au préfet de « temporiser et d'attendre que les plaies soient refermées ». « Il sera temps alors de lancer l'étude de faisabilité par l'État, après concertation avec les élus », a-t-il conclu.

Michel Sammarcelli réagira peut-être ce soir en conseil du Siba.

Auteur : BERNADETTE DUBOURG

Commenter cet article